• C.O.M.M.E O.N A.P.P.R.E.N.D À M.A.R.C.H.E.R E.N M.A.R.C.H.A.N.T, O.N A.P.P.R.E.N.D À P.E.N.S.E.R E.N P.E.N.S.A.N.T... Quel bonheur ces ateliers mais qu’est-ce qu’il est difficile pour certains de se centrer dans l’instant présent calmement et ce n’est plus 2 ou 3 comme il y a quinze ans mais le triple. Je débute toujours par une pratique de l’attention pour leur donner des clés pour faciliter leur concentration. Je leur demande avant et après la séance comment ils se sentent. Avec eux, je suis passée de la chanson "Tout le bonheur du monde" pour les faire réfléchir sur «c’est quoi le bonheur pour vous?», à un extrait du film Vice Versa pour les amener à accepter leurs différentes émotions. Ensuite j’ai utilisé le livre de Michel Piquemal avec une philo-fable sur la peur pour les amener à prendre conscience de l’importance d’apprivoiser ses peurs. Puis le mythe de Platon avec l’anneau de Gygès qui donne le pouvoir d’être invisible ! Belle opportunité de pratiquer la morale sur le bien et le mal. Notre dernier atelier philo sur la question du silence avec la vidéo de Mily Miss questions était un moyen de les amener à réfléchir sur le bruit extérieur qui peut nous gêner pour nous concentrer mais aussi à comprendre qu’il faut aussi apprendre à faire du silence dans sa tête. Une façon encore de faire le lien entre les pratiques de l’attention qu’ils débutaient à chaque cours et le besoin de concentration que leur demande chaque apprentissage
    Des enfants avaient des rôles de secrétaires, de dessinateurs, de maître de sagesse (quand ça s’agite dans la classe) et de maître du temps (pour respecter l’horaire). Ils prenaient à cœur leurs différents rôles et nous partageaient en fin de séance leur travail.Je suis toujours émue par certaines réflexions très matures des enfants, elles permettent de rebondir sur le sujet posé et d’interpeller les camarades. Je me souviens d’un enfant qui a eu du mal à rouvrir les yeux après la pratique de l’attention, quand je lui ai demandé ce qu’il avait ressenti, il m’a répondu qu’il s’était senti seul, comme si personne n’était autour!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pour la petite histoire du "M"... mon frère, quand j'avais 14 ans, m'a gravé un -M- sur l'avant bras gauche avec un cutter et de l'encre de chine!!! Nous avons souvent ri de cette histoire où je ne l'ai pas laissé terminer sa dernière boucle car je souffrais! Quand il est mort, à savoir 32 ans après cette gravure, ce vendredi 15 novembre 2019, un petit bouton blanc se déclarait et me démangeait sur l'avant-bras droit. Et le lendemain je recevais son message:

     

    "Regarde Magali, la pustule (car c'est le mot qu'il aurait employé de son vivant!!!) est exactement positionné en effet miroir au "M" que je t'ai gravé... Toi, à l'époque, tu le voulais en disant que c'était la première lettre de ton prénom mais aussi de ton petit copain du moment... Notre mental pensait cela, mais aujourd'hui que ma conscience est plus grande, qu'elle n'est plus limitée à ce champ physique, je sais que je te gravais un symbole qu'on ne devait pas oublier "M" comme AIME... et si aujourd'hui je te le rappelle par cette petite pustule qui te démange bien c'est aussi pour te remercier car je suis heureux que tu "m'entendes" et que tu saches que je suis au plus près de toi.... Je me souviens qu'après la mort de notre frère Jacky il y a bientôt 4 ans, mon visage avait été recouvert d'eczéma... lui-même m'envoyait un message me prévenant de ne pas m'identifier qu'au corps physique, de regarder plus loin, d'ouvrir ma conscience à sa Présence qui m'accompagnait... toi, tu le savais, tu m'avais dit que ce n'était pas un hasard cette histoire d'eczéma mais je n'ai pas cherché à en savoir plus auprès de toi... Mais, Magali, AIME, et continues à Être ce que tu as EN-VIE d'Être car tu es bienveillante et qu'au travers de toi je peux encore aimer ceux qui me sont chers! Être-ANGE..., je suis ce phare- - - soeur comme j'ai pu être un farceur dans cette vie-ci, ... enfant, je te faisais souvent peur mais tu as appris à canaliser ces peurs, enfant je te taquinais souvent aussi et parfois de façon très désagréable mais tu as appris à ne pas en faire une affaire personnelle, enfant, je te t'ai appris tant de bêtises qui n'étaient pas pour ton âge mais tu as grandi en sachant discerner le bien du mal.... Je T'AIME et je suis là avec TOI! "

    LA MORT... L’ÂME HORS DU CORPS- quand le bébé sort du corps de sa mère, il meurt à son état fœtal. Les poumons emplis de ce liquide amniotique il traversera ce canal utérin, étriqué, cou...rageux, un...pas...sciant jusqu’à sentir cet AIR infiltrant chaque alvéole, le poussant à crier pour signifier qu’il respire... Ses cellules se souviendront de ce passage de l’eau à l’air où la transition est une invitation à s’offrir, sans rien contrôler, au regard de sa mère. C’est inné, les cellules se souviennent, l’intuition est de s’abandonner à cette « petite mort », froide mais obligée pour sentir ce Souffle de Vie! Et la mort qui expulse de la Terre-Mère? De la même façon, elle est renaissance par l’Essence de l’Âme hors du corps qui veut rejoindre le Souffle de Vie! Se profilera un passage, tel un tunnel, un canal U-Terre-UN où l’obscurité sera éclairée par la Force de Vie, ce Feu intérieur brûlant les obstacles vers ce regard bienveillant d’une Mère éternelle. Cette Lumière, ainsi retrouvée, l’Âme, hors du corps éclairera et rechargera ceux dont la Foi sera éteinte. Elle réparera les coeurs blessés se chargeant de renouveler sa Présence par la voie basse mettant bien bas parfois et, par la voix haute, chantant sous/vent, tel un oiseau... l’esprit volatil, libre et sans frontières... Quand l’autre, à côté de nous, meurt, c’est dans notre demeure intérieure, dans notre cœur qui l’accueille qu’il trouvera la Force d’être en Paix. C’est de cette conscience là que les signes se révèlent... M.E.R.C.I F.R.È.R.E D’A.M.O.U.R, je te sens puisse-amant dans mon coeur... toi qui m’a gravé sur la peau... ce -M- , nos coeurs savaient ce que nous comprenons seulement aujourd’hui!
    Magali-Lamagi... l’Âme agit dans nos vies

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce pas-Sage, dans cette vie-ci, nous invite tel un ressort à adapter notre vibration à ce et ceux qui nous entourent et à oser s’intérioriser,... emmagasiner de l’énergie et à oser s’extérioriser,... libérer le trop-plein . Car, nos vies seront liées de toute éternité à une spirale cellulaire qui nous obligera sans cesse à inspirer, à accueillir les événements et à expirer, à offrir en retour ce que nous avons envie d’être! Au cœur de nous-mêmes, là où l’Or loge, le temps nous appelle et nous émerveille! Le principe est en effet quasiment le même que pour l’horloge! Une spirale se resserre comme un ressort et emmagasine de l’énergie qui sert à projeter un objet à distance: un balancier.À l’image d’un stent, ce petit ressort posé dans l’artère afin de faciliter le passage du sang, on peut imaginer que notre souplesse à philosopher sur la vie, nous permet de mieux accueillir tout ce qui nous arrive! Des chercheurs ont démontré que des vésicules ou encore des virus s’échappent des cellules grâce au bourgeonnement de la membrane de ces dernières. Ce système fonctionne sur la base d’une spirale de protéines qui emmagasine l’énergie nécessaire à cette expulsion comme le ressort d’une horloge. La pression artérielle ne fonctionne t’elle pas tel un ressort, au gré des contractions et des relâchements du coeur? Aucun doute, être figé sur des idées et croyances bloque un fonctionnement cellulaire d’auto régulation, créant des tensions. Alors que lâcher-prise , souplesse de nos actes intuitifs seront bénéfiques à l’expulsion des tensions accumulées dans nos cellules. Véritable expérience d’accordéon... accord des ON...à l’unisson de nos fréquences vibratoires(.....) Extrait de mon livre à sortir courant 2020... restons branchés sur la langue des oiseaux pour s’ailes-lever en légèreté!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Carpe Diem... Car Paix dit AIME!

     

    Carpe diem (quam minimum credula postero) est une locution latine extraite d'un poème d'Horace que l'on traduit en français par : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain », littéralement « et [sois] la moins crédule [possible] pour le [jour] suivant » (postero = postero diei, le jour suivant, credula étant au féminin car Horace s'adresse à une femme). Dixit Wikipedia! ......
    .......
    Quand tu aimes, tu es en Paix car tu vis l’instant présent comme si cela pouvait être ton dernier moment... alors tu es authentique avec toi-même et reste encore l’élève de l’Univers... en cela tu es Maître, tu Aimes Être... tes états d’Âme n’incombent qu’à toi-même, rien n’est la faute de l’autre puisque l’autre te renvoie seulement à tes propres blessures non éclairées! Quand tu cherches à aimer, tu n’es pas en Paix car tu attends toujours que le moment d’après soit meilleur que le précédent... en cela, tu peux courir après le temps et perdre cette spontanéité si importante que l’enfant nous offre dans l’innocence... L’enfant universel, uni vers ses ailes angéliques, connaît l’inné-haut-sens... il se sent guidé et reste en Paix dans son présent... c’est étrange... Être Ange... il ne cherche pas à fuir le négatif, ni à ne ressentir que du positif, il est là, à AIMER, ces deux polarités, pour les faire disparaître dans un Feu intérieur relié à l’éternité! Qui mieux... mie-Eux que l’Un-ce-Temps présent pour nous relier à tous les temps... alors, sur notre cadran solaire d’ici et maintenant, gravons ce « M » pour aimer à Midi ou à Minuit, le Jour ou la Nuit, à la cool-heure de nos espérances...

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Si on perd notre innocence -inné-haut-sens, on perd notre capacité à rayonner. Si nous aimons les enfants c’est qu’ils ont cette Force de rayonnement naturel, l’adolescence approchant, souvent des voiles de protection anti-U-V s’installent... anti-Ultra-Vulnérabilité? L’Être Solaire existe en chacun de nous, on ne lui demande pas de rayonner, il brille toujours. On ne demande pas au soleil de briller, il brille, ensuite des nuages ou sa position par rapport à nous, nous feront sentir sa présence. Les voiles ou les murs de protection que nous érigeons liés à nos croyances et conditionnements nous privent d’un rayonnement profitable à ceux et ce qui nous entourent, nous privent donc d’un spectacle de toute beauté dès lors que nous RÊ-chauffe-ON notre environnement par notre Présence. Atteindre cet état d’être lorsque nous l’avons perdu, c’est retrouver l’innocence de l’Âme d’Enfant... celle qui grandit dans la conscience Super-Rieure entre le Père-Ciel, le Fils rayonnant ce Roi Soleil et le Saint-Est-ce-Prix? A méditer en nos bas-Saints afin de vibrer en nos Père-innés à la Juste Fréquence la clé de nos accords. 

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique