• Et si nous étions médium sans le savoir? Prendre conscience que nous communiquons avec d'autres champs vibratoires émanant d'une Source infinie ne peut que nous aider à élargir notre carte mémoire. Ainsi, nous élevons notre fréquence, nous l'harmonisons avec une conscience supérieure... super- rieur qui nous accompagne à vibrer plus en douceur sur Terre! Si nous nous limitons à la simple conscience physique, tout ce qui nous arrive, de positif et de négatif est pris comme simultanément une récompense ou une punition... ainsi se développe le processus de victimisation, puis du bourreau quand en retour on veut se venger! Sortir de ces deux facettes nous rends d'un coup conscient du Sauveur... mais là encore, nombreux sont ceux qui croit qu'il faut sauver les autres pour que le monde change alors que le seul à sauver c'est soi-même afin d'être dans une vibration qui soigne, qui libère...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Emmie, mon Être-Ange A.M.O.U.R des MI, qui aime-i, qui aime cette droiture, cette justice -Juste-hisse- qui te rend si médium pour ton âge : 9 ans aujourd’hui d’une tendre complicité grâce à une grande sensibilité ! Convaincue des bienfaits de l’haptonomie qui permet dès le premier trimestre in utéro de susciter un contact plus franc avec l’enfant. Bien évidemment -Eve-Vie-d’Amant- -Elle-Aimant-Terre- ma chaire... toutes mères à l’instinct maternel vont toucher et caresser leur ventre mais avec cette méthode, c’est l’occasion pour le papa aussi d’aller rencontrer son enfant quotidiennement au-delà de la barrière utérine. La vibration entre le corps du bébé et les mains de ceux qui l’aime déjà, ou vont apprendre à l’aimer, est ainsi grandement stimulée.
    Un magnétisme empreint d’Amour qui dissout les barrières au-delà de l’espace et du temps… Si parfois les femmes enceintes s’offusquent ou se réjouissent de toutes ces mains inconnues venant toucher leurs ventres ronds… Par FOI, ce petit ÊTRE dénué de ce mental qui conditionne les croyances, sait qu’il est l’attraction permettant d’élever les fréquences vibratoires qui l’entourent ! Et ce qu’elles soient minérales, végétales, humaines ou animales, l’Univers est parfaitement (par-Fée-T-Aimant) orchestré par des lois universelles issues du cœur qui nous relie… La Vie devient (de-Vie-UN) l’unique chanson (Chance-ON) dont la musique se fera ressentir par vagues plus ou moins douces selon notre pouvoir du #cœur! Joie-Yeux anniversaire ma bébounette choupette, mon bouchon, ma princesse druidesse 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Messe-âgée de la chance-ON avec Joan Baez ce 9 juillet au Festival de Poupet. J’avais repéré cette merveilleuse énergie de cet arbre il y a 2 ans et là plus précisément j’aperçois ce messager qui nous accueille et nous bénis au pas-Sage! Joan Baez chante Last leaf (dernière feuille) et nous partage en français: «je suis la dernière feuille de l’arbre mais si on coupe l’arbre je reviendrais dans une chanson»

    Cela m’a particulièrement touché puisqu’à la mort de mon frère le premier contact qu’il m’ait offert était avec la chanson des The bangles avec Eternal Flame «Ferme les yeux, donne-moi ta main chérie, est-ce que tu sens mon coeur battre? Est-ce que tu comprends, ressens-tu la même chose? Suis-je seulement en train de rêver? Est-ce la chaleur d’une flamme éternelle? »

    Je me souviens ce matin-là je dansais devant mon miroir pleinement en amour avec cette image et cette chanson ne m’a pas quittée de la journée... puis quelques heures après je me suis agenouillée sur mon lit, une vague de tristesse innommable me traversait et j’ai offert un chant de l’esprit, intuitif, et je pleurais, je me lamentais... j’ai compris 3 jours après quand j’ai découvert ton corps sans vie que tu venais de prendre conscience que tu étais mort et que si intuitivement j’avais dansé avec toi, en fait je ne te voyais pas... tu appartenais à une autre #dimension vibratoire, une autre #conscience. Si j’avais chanté et pleuré c’était pour libérer ton énergie qui me traversait et me comprimait... c’est ainsi que nous libérons nos mémoires familiales... en exprimant nos émotions, en partageant nos ressentis, nos expériences... alors merci aussi à #instagram ce UN-ce-tas-au-gré-de l’âme ... qui permet d’élever les consciences pour ceux qui se souviennent de leurs ailes et les déploient en se souvenant que ce qui nous rend heureux et plus léger c’est ce SOUFFLE DE VIE qui nous unit et qu’il est éternel #etre #corpscoeursames #medium #pleineconscience #festivaldepoupet2019 #energiedesarbres

    Partagé sur Instagram le 10-07-2019

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mère-veilleuse fête des couleurs vécue en Inde à proximité de Mathura, à Nandagan!

    La Holi (होली (holī)), parfois appelée fête des couleurs, ou Phalguna, est une fête indienne célébrée vers l'équinoxe de printemps. Elle trouve son origine dans la Vasantotsava, à la fois un sacre du printemps et célébration de la fertilité. Elle est fêtée notamment dans certaines régions de l'Inde du Nord durant deux jours au cours de la pleine lune du mois de Phalguna qui se situe en février ou mars. La Holi est dédiée à Krishna dans le nord de l'Inde et à Kâma dans le sud. Holi est une des célébrations les plus anciennes en Inde qui existait déjà dans l'antiquité.

    Holi est fêtée avec une ferveur particulière en Orissa et dans la région de Mathura, la ville de naissance de Krishna.

    déroulement:

    La nuit du premier jour de la fête, un feu est allumé pour rappeler la crémation de Holika, une démone brûlée par Vishnu. Holi veut dire "bruler" qui provient du mot Holika. Les pigments de couleurs remplacent aujourd'hui les cendres, dont les Hindoues se recouvraient le visage.

    Les pigments qu'ils se jettent ont une signification bien précise : le vert pour l'harmonie, l'orange pour l'optimisme, le bleu pour la vitalité et le rouge pour la joie et l'amour.Le deuxième jour, connu sous le nom de Rangapanchami, les gens, habillés en blanc, circulent avec des pigments de couleurs qu'ils se jettent l'un à l'autre, il est alors d'usage de s'excuser, après avoir sacrifié au rite coloré, par « Bura na mano, Holî hai » (« Ne soyez pas fâché, c'est la Holi » en hindi). C'est aussi l'occasion pour s'inviter à partager des mets préparés spécialement pour cette occasion, notamment le Bhang, une boisson traditionnelle à base de cannabis.

    Selon l'écrivain indianiste Alain Daniélou, la fête de Holi c'est « le jour où toutes les castes se mêlent, où les inférieurs ont le droit d'insulter tous ceux devant qui ils ont dû s'incliner pendant toute l'année ».

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique